École de sophrologie en Nouvelle Calédonie
2 novembre 2016 22 h 37 min
Bookmark and Share
La sophrologie et l'hypnose ne sont pas des pratiques douteuses de charlatans, mais des techniques largement utilisées par des professionnels de la santé dont les diplômes confirment le sérieux.

École de sophrologie en Nouvelle Calédonie

La sophrologie et l’hypnose ne sont pas des pratiques douteuses de charlatans, mais des techniques largement utilisées par des professionnels de la santé dont les diplômes confirment le sérieux.

C’est le cas de Ghylaine Mamet, psychothérapeute pratiquant l’hypnose et la sophrologie à Nouméa. Elle prodigue aussi des formations à la sophrologie.

La sophrologie est née en clinique

Dans les années soixante, Alfonso Caycedo, docteur en médecine et en chirurgie diplômé de l’Université de Madrid, spécialisé en psychiatrie et en neurobiologie, est en poste à l’hôpital de Barcelone, il enseigne en même temps à la faculté de médecine de la même ville. C’est donc tout sauf un charlatan ! Choqué par les méthodes brutales utilisées encore à l’époque en psychiatrie, comme les électrochocs ou le comma insulinique, il cherche d’autres méthodes de guérir les patients, sans leur infliger de tels traumatismes physiques. Ceux-ci se situent dans la droite ligne des lobotomisations qui avaient déjà été interdites, ils sont fortement contestés par une partie du corps médical, mais toujours utilisés.

Si la sophrologie utilise des techniques comme l’hypnose, à tel point qu’on a pu dire qu’elle n’était qu’une hypnose rebaptisée, pour éviter la mauvaise réputation qu’elle avait pour certains praticiens, en réalité la sophrologie vise à revitaliser l’énergie centrale de la personne, pour lui permettre de s’appuyer dessus et redevenir bien.

Apprendre la sophrologie

On peut désirer apprendre la sophrologie pour la pratiquer seul, sur soi même, ou pour devenir à son tour un praticien. Dans ce cas, cette pratique n’étant pas reconnue comme une spécialité médicale, il est fortement recommandé de disposer d’autres diplômes, soit de type médical, soit de thérapeute, pour exercer en toute tranquillité.

L’exercice de la sophrologie est en effet libre, mais en dehors de toute pratique thérapeutique : pose de diagnostic, entre autres.

Par contre, il est possible de suivre une formation qui sera validée par sa qualité, au Répertoire National des Certifications Professionnelles. Autrement dit, l’état français ne reconnait pas le métier, mais le diplôme ! Et pour être sophrologue caycedien, c’est-à-dire reconnu par la Fondation Alfonso Caycedo, il faut suivre sur au moins deux ans un cursus de 250 heures, puis 70 heures réparties en quatre sessions, à Andorre.

Par contre, aucune limitation pour appliquer simplement à soi-même les principes de la sophrologie en n’ayant pas recours à un sophrologue !

Détails de l'inscription


Sitehttp://ghylainemanet.com/
Catégorie

Contacter l'auteur Remplissez les champs ci-dessous pour contacter cette annonce auteur.


Liste connexes